News Hebdo #76 – L’essentiel de l’actualité de la semaine du 15 au 21 janvier 2018

Salut à tous,

Ce n’était pas une semaine très folichonne pour l’administration et les fonctionnaires. Aux États-Unis, à cause du shutdown, près d’un million de personnes sont au chômage technique. En France, ce sont les employé.e.s des prisons qui sont aux portes des pénitenciers (RIP France Gall).  Enfin, à Notre-Dame-des-Landes… ah non, à Notre-Dame-des-Landes il n’y aura pas de fonctionnaires, en tout cas pas de fonctionnaires d’aéroport. En tout cas, pas d’aéroport. Pour le reste, c’est encore un peu flou.  Ah, et juste, avant de lire ce News Hebdo #76, sachez que le troisième enfant de Kim K et Kanye s’appelle Chicago West. On ne reviendra pas dessus.

Par Arnaud Gruet

ACTU

Première victoire des zadistes à NDDL. Prochaine étape : ne pas faire évacuer la zad. | Crédit photo Stephane Mahe/REUTERS

Notre-Dame-des-Landes
Le projet d’aéroport enterré

La décision était attendue depuis plusieurs semaines. Édouard Philippe a mis fin au suspense à la sortie du Conseil des ministres du mercredi 17 janvier : le projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes est abandonné. Sur la zad (zone à défendre), on jubile, alors que la majorité des élus locaux du Grand Ouest lâchent leur petite larme, criant au « déni de démocratie », en écho à la consultation réalisée en juin 2016, où plus de la moitié des habitants de Loire-Atlantique s’étaient prononcés en faveur du projet. Le Premier ministre, dans sa déclaration, a exigé le dégagement des routes départementales qui traverse la zad, et a promis une évacuation au printemps. Les zadistes de NDDL répondent favorablement – et en bonne intelligence – à la première requête. Mais pour ce qui est de l’évacuation, c’est plus complexe. Les médias et l’opinion publique découvrent (enfin) la zad n’est pas peuplée de radicaux violents, mais d’êtres humains désireux de construire de nouveaux modèles agricole et sociétal, et le débat se poursuit. Ah, et l’État devra quand même rembourser Vinci, le groupe qui était chargé de la construction et de la gestion de l’aéroport.

Immigration
La France dans le viseur des humanistes

Alors que l’ONU réclame des efforts supplémentaires à la France en matière de droits de l’homme, le chef de l’État entend réorganiser la situation à Calais. Lors d’une visite officielle sur place, mardi 16 janvier, Macron a annoncé que la distribution de nourriture aux migrants serait prise en charge par l’État et non plus par les associations locales. Le président a toutefois rappelé que « Calais n’est pas une porte d’entrée dérobée vers l’Angleterre ». Le jeudi 18, Macron et May se sont rencontrés lors du 35e sommet franco-britannique à Sandhurst. Au menu justement, l’immigration. L’entretien a débouché sur la signature d’un traité sur le contrôle des frontières. Pour cela, le Royaume-Uni va lâcher 50 millions d’euros supplémentaires à la France. Le texte doit, à priori, aider à mieux gérer l’afflux des migrants. Mais en matière de politique intérieure, parait qu’on a encore du pain sur la planche. Le défenseur des droits Jacques Toubon a exhorté le Premier ministre à retirer la circulaire sur l’hébergement d’urgence, dite « circulaire Collomb ». La mesure doit permettre de réorienter les personnes en fonction de leur situation administrative. Mais pour Jacques Toubon, elle organise « un traitement différencié » de ses résidents en fonction de leur situation administrative.

Administration pénitentiaire
Malaise des fonctionnaires

Depuis le début de la semaine dernière, les fonctionnaires pénitentiaires font bloc face à l’État en raison de leurs conditions de travail. Une agression de surveillants, le 11 janvier dernier, dans la prison de Vendin-le-Veil (Pas-de-Calais) a mis le feu aux poudres. Depuis le lundi 15 janvier, un mouvement contestataire à l’échelle nationale s’est mis en place. Ce jour-là, près de trois quarts des établissements pénitentiaires français étaient impactés par des blocages et des manifestations. Vendredi 19 janvier, deux gardiens de la prison de Borgo (Corse) ont été violemment agressés par trois détenus, ravivant de fait les tensions au sein de la profession. La garde des sceaux Nicole Belloubet s’est rendue sur place  l’après-midi pour apaiser la situation. Le soir-même,  et après plusieurs jours de négociations, un “projet d’accord” a été soumis aux syndicats CGT et UFAP-UNSA, et au ministère de la Justice. Ce document prévoit notamment la création de 1 100 emplois sur quatre ans et une régime de détention défini pour les “détenus terroristes et radicalisés”. Mais dimanche, les syndicats ont rejeté en bloc le projet d’accord et appelé à un nouveau blocage pour le lundi 22 janvier.

Syrie
Erdogan à la chasse aux Kurdes

Opération « rameaux d’oliviers. C’est le joli nom que le président turc Recep Tayyip Erdogan a choisi de donner à l’offensive qu’il mène actuellement à Afrine, dans le nord de la Syrie. Cette zone est contrôlée depuis 2012 par le PYD (un parti politique kurde syrien) et sa branche armée, le YPD. Erdogan a estimé que le YPD était rattaché au PKK, une milice kurde turque qu’il considère comme un groupe terroriste, et qu’Afrine était donc un « nid de terroristes » qu’il fallait anéantir. Problème, les Kurdes syriens du YPD comme les Kurdes turcs que PKK ne sont pas que des ennemis du président turc. Ce sont aussi des alliés terrestres très efficaces de la coalition internationale dans la lutte contre Daesh, déjà bien engagée en Syrie. Cette offensive a donc été mal accueillie par Les Etats-Unis, la France, ou encore le régime syrien, mais Erdogan s’est montré ferme. Non content de prévenir les pro-kurdes de Turquie que toute tentative de manifestation d’un éventuel mécontentement serait sévèrement réprim(and)ée, il a également averti les Etats-Unis qu’ils n’avaient pas intérêt à le « provoquer » en venant soutenir les Kurdes. Pour le moment, personne n’a osé trop élever la voix, et Erdogan, qui bombarde tranquillement la région depuis quelques jours, y a envoyé ce matin des troupes terrestres en renfort. En attendant, les combats ont déjà tué une dizaine de civils.
+ La carte

FLASH

La marée noire menace les écosystèmes en mer de Chine suite au naufrage d’un pétrolier iranien. | Crédit photo AFP

États-Unis
Shutdown de l’administration

Pour célébrer sa première année au pouvoir, le président américain doit affronter un shutdown de l’administration fédérale. La faute au Sénat, qui n’a pas su s’accorder sur un budget. Résultat, 850 000 employés fédéraux se retrouvent au chômage technique.
+ Un nouveau vote prévu lundi

Mer de Chine
Naufrage d’un pétrolier

Un tanker iranien transportant 136 000 tonnes d’hydrocarbures est entré en collision, le 6 janvier dernier, avec un cargo, au large de la Chine. L’incident a provoqué la mort des 32 membres d’équipage du pétrolier. Pour l’heure, les potentiels ravages environnementaux sont minimisés par les autorités et il est donc difficile de prévoir l’impact écologique.
+ Une pollution atmosphérique très probable

Pêche électrique
“Non” des eurodéputés

Le Parlement européen, réuni mardi 16 janvier à Strasbourg, s’est majoritairement prononcé pour l’interdiction totale de la pêche électrique dans l’Union européenne. Expérimentée par les Pays-Bas, cette technique aurait un effet désastreux sur la biodiversité selon ses opposant.e.s, mais serait rentable selon ses défenseur.se.s.
+ Un vote surprise

Allemagne
Le SPD avec Merkel

Malgré les nombreuses dissonances au sein du parti, les délégués sociaux-démocrates de Martin Schulz ont approuvé, réunis en congrès dimanche 21 janvier, à 362 voix (279 contre) le principe d’une coalition avec Angela Merkel. La chance de voir un jour ce pays gouverné augmente.
+ Un pas supplémentaire pour la chancelière

Affaire Lactalis
Cinq sites perquisitionnés

Des locaux du géant laitier français ont été simultanément perquisitionnés, mercredi 17 janvier, dans le cadre d’une enquête préliminaire ouverte par le parquet de Paris, en lien avec des contaminations de lait infantile à la salmonelle. Le siège social à Laval (Mayenne) et l’usine de Craon sont notamment concerné.e.s.
+ Une très discrète filière du lait

Les Républicains
Juppé prend du “recul”

Alain Juppé, l’un des ténors du parti Les Républicains, se met en retrait. Le maire de Bordeaux, a décidé de ne pas payer sa cotisation pour 2018. Un coup dur pour le nouveau président Wauquiez, qui avait déjà perdu Xavier Bertrand en décembre dernier.
+ Perspective des élections européennes de 2019”

Parti socialiste
Batho va saisir la justice

La députée des Deux-Sèvres Delphine Batho a assigné le PS en référé (???) auprès du tribunal de grande instance. Le parti aurait refusé de recevoir de nouvelles candidatures alors que l’ancienne ministre souhaitait déposer la sienne pour diriger le parti.
+ Une « liberté fondamentale bafouée »

Football
Tony Chapron, l’arbitre tacleur

Lors de la rencontre Nantes-PSG dimanche 14 janvier, Tony Chapron est involontairement bousculé par Diego Carlos. Dans sa chute, l’arbitre français tente de tacler le joueur nantais. S’en suit un carton rouge pour le canari. Tony Chapron a été suspendu jusqu’à nouvel ordre.
+ Convocation à la commission de discipline

Euro de handball
Les Experts à fond

Après une troisième victoire, mardi 16 janvier, au tour préliminaire contre la Biélorussie (32-25), l’équipe de France masculine gère contre la Suède (23-17) au tour principal du championnat d’Europe de handball qui se tient en Croatie.
+ Un pas vers les demi-finales

Disparitions
Dolores O’Riordan et Paul Bocuse

Triste semaine pour les amateur.rice.s de bouffe et rock. La chanteuse du groupe irlandais The Cranberries, Dolores O’Riordan, a été retrouvée morte dans sa chambre d’hôtel, le lundi 15 janvier, à Londres.  Elle avait 46  ans. Côté cuisine, le chef Paul Bocuse, considéré comme le pape de la gastronomie française, est mort le samedi 20 janvier à l’âge de 91 ans.
+ Plutôt 24 ou 31 ans en arrière


Paul, c’était pas le mec des Beatles ? par Benj pour Pépédéa