News Hebdo #69 – L’essentiel de l’actualité de la semaine du 30 octobre au 05 novembre 2017

Salut à tous,

L’actualité politique devient vraiment étrange ces temps-ci. Elle papillonne un peu trop, même. Le président déchu de la Catalogne est poursuivi par l’Espagne pour sédition, des proches de Trump sont inculpés pour conspiration, le parti Les Républicains a exclu  ses membres dissidents devenus macronistes. On se croirait à une autre époque. Et c’est sans parler du Premier ministre libanais, qui a choisi la voie de la démission parce qu’il craint d’être assassiné. On est bien loin des bons vieux débats de table à l’ancienne ; aujourd’hui, c’est avec la manière forte que nos politiques agissent. Heureusement, Harry Styles nous partage sa passion pour les kiwis.

Par Arnaud Gruet & Margaux Bertelli

ACTU

Puigdemont-s-est-livre-a-la-police-belge

Carles Puigdemont, faisant l’objet d’un mandat d’arrêt européen, s’est rendu à la police belge dimanche. | Crédit photo NICOLAS MAETERLINCK/AFP

Catalogne
Rien ne va plus pour Puigdemont

Destitué samedi 28 octobre par le gouvernement espagnol, l’ex président de l’exécutif catalan Carles Puigdemont est accusé de sédition, de rébellion et de malversation par le parquet de son pays. Il est apparu par surprise, lundi 30 octobre, à Bruxelles, accompagné de quatre membres de son gouvernement régional. Puigdemont a expliqué que son exil provisoire en Belgique n’avait pas pour objectif d’échapper à la justice mais d’assurer la paix en Catalogne. Il s’est dit prêt à répondre aux questions du juge depuis Bruxelles. Le président destitué a annoncé être « disposé » à se présenter aux élections régionales du 21 décembre organisées par Madrid. Dans le même temps, un mandat d’arrêt européen a été émis contre lui. Il s’est rendu à la police belge dimanche 5 novembre.

Procès Merah
Dénouement d’un mois d’audience

Le procès d’Abdelkader Merah et Fettah Malki s’est achevé vendredi 3 novembre après un long mois d’audience à la cour d’assises spéciale de Paris. Tous deux proches du terroriste Mohamed Merah, qui avait tué sept personnes en 2012, dont des juifs et des militaires, ils ont été condamnés par la justice. Fettah Malki a   été reconnu coupable d’association de malfaiteurs terroriste pour avoir fourni à Mohamed Merah un gilet pare-balles et un pistolet-mitrailleur. Il écope d’une peine de 14 ans de prison mais a décidé de faire appel. Abdelkader Merah, le frère, qui risquait la réclusion à perpétuité selon les réquisitions de l’avocate général, a pris pour vingt ans. Il a été reconnu coupable d’associations de malfaiteurs terroriste et de vol en réunion d’un scooter. La justice ne l’a toutefois pas reconnu coupable de complicité d’assassinats. Le parquet a néanmoins fait appel à cette décision. Il y aura très probablement un deuxième procès.

Nouvelle-Calédonie
Un pas vers l’autodétermination

À un an du référendum d’autodétermination dans l’archipel calédonien, les acteurs du processus se sont réunis, jeudi 2 novembre, à Matignon. Il s’agissait de la 16e réunion du comité des signataires, l’instance de suivi de l’accord de Nouméa du 5 mai 1998. Plusieurs sujets sensibles restaient à trancher d’ici au scrutin de novembre 2018, et avant tout celui de la composition de la liste électorale autorisée à prendre part à la consultation. Cette composition empoisonne, depuis près de quinze ans, les relations politiques sur le territoire. Par exemple, pour les non-natifs en Nouvelle-Calédonie, il faut y être arrivé avant le 31 décembre 1994 et justifier de vingt ans de domicile en continu pour s’inscrire aux listes. Un point important a été réglé jeudi : 11 000 personnes supplémentaires pourront glisser leur vote en novembre 2018. Autre accord : la présence sur place d’experts de l’ONU, pour contrôler la bonne tenue du scrutin. La formulation exacte de la question posée aux électeurs, elle, reste à déterminer.

États-Unis
Des têtes tombent

Après de longues investigations menées par la justice américaine depuis mai dernier, l’affaire des ingérences russes dans l’élection présidentielle a abouti à des premières inculpations. Pour rappel, l’enquête se concentre sur des liens qu’ont entretenus certains membres de l’équipe de campagne de Donald Trump avec des personnalités russes proches du Kremlin. Trois proches du président ont ainsi été inculpés, lundi 30 octobre, par la justice américaine pour conspiration et faux témoignages. Il s’agit de Paul Manafort, directeur de la campagne de Trump jusqu’en août 2016, Richard Gates, un membre de l’équipe et George Papadopoulos, conseiller pour les questions internationales. Sur la défensive, Donald Trump a affirmé dans un entretien avoir renvoyé à l’été 2016 Paul Manafort pour éviter des « conflits potentiels » d’intérêts avec « certaines nations ». Paul Manafort et son associé Richard Gates ont été assignés à résidence après leur inculpation. Ils ont plaidé non coupables.

FLASH

Un attentat à New York a fait huit morts, mardi. Une camionnette a foncé sur des piétons. | Crédit photo Brendan McDermid/REUTERS

Un attentat à New York a fait huit morts, mardi. Une camionnette a foncé sur des piétons. | Crédit photo Brendan McDermid/REUTERS

États-Unis
Attentat à New York

Un homme au volant d’un véhicule a percuté des piétons et des cyclistes, mardi 31 octobre, à New York. Huit personnes sont mortes. L’auteur présumé de l’attaque est un homme de 29 ans, qui se considère « soldat » de l’État islamique. L’homme encoure la prison à perpétuité.
+ Le grand marathon sous haute surveillance

Kenya
Uhuru Kenyatta réélu

Malgré la pression de l’opposition kényane, le président sortant Kenyatta a bien été élu à la suite du scrutin de la semaine passée. Raila Odinga, le candidat déchu, ne reconnait pas le résultat et compte poursuivre la résistance.
+ Il appelle au boycott de certaines entreprises

Liban
Démission du Premier ministre

Le chef du gouvernement libanais Saad Hariri a annoncé sa démission, lors d’un déplacement en Arabie saoudite samedi 4 novembre.  Le Premier ministre, craignant d’assassiné, accuse le Hezbollah chiite et son allié iranien de «mainmise» sur le Liban.
+ « Accusations sans fondement » pour l’Iran

Islande
Nouveau chef du gouvernement nommé

Après le scrutin législatifs du 28 octobre, Katrin Jakobsdottir, du Mouvement Gauche-Verts, a été chargée par le président islandais de former le prochain gouvernement. Les élections n’avaient laissé aucune majorité aux partis mais une coalition de gauche à pu émerger.
+ Le deuxième gouvernement de gauche depuis 1944

Royaume-Uni
Scandale sexiste au gouvernement

Après avoir reconnu “ne pas avoir été à la hauteur”, le ministre de la Défense Michael Fallon, accusé de harcèlement sexuel sur une journaliste, a démissionné. Une enquête a été ouverte à l’encontre d’un autre membre du gouvernement britannique.
+ Fuite sur Twitter de 30 autres noms

Climat
Objectif de la COP21 compromis

Pour l’ONU, il sera difficile de tenir l’engagement de maintenir les températures sous les deux degrés d’ici à 2050. Dans un rapport alarmant publié mardi 31 octobre, l’organisme envisage plutôt une trajectoire vers +3°C en 2100.
+ La COP23 s’ouvre en Allemagne

Les Républicains
Cinq dissidents exclus

Le parti Les Républicains a voté, le 31 octobre, l’exclusion de deux membres du gouvernement, Gérald Darmanin (ministre des Comptes publics) et Sébastien Lecornu (secrétaire d’État pour la Transition écologique et solidaire), et de deux députés pro-Macron. Le départ du Premier ministre a quant à lui été «acté».
+ Création d’un nouveau parti à l’horizon ?

Procès AZF
Les accusés condamnés

Dans le troisième procès contre Total et ses dirigeants pour l’explosion de l’usine AZF en 2001, la cour d’appel de Paris a condamné mardi 31 octobre Serge Biechlin, ancien directeur de l’usine AZF, à quinze mois de prison avec sursis. Une des filiales de Total a reçu une amende de 225 000 euros.
+ L’avocat de la défense ira en cassation