Solidays 2017 – Sélection Pépédéa

Du vendredi 23 au dimanche 25 juin, les Solidays s’installent à l’hippodrome de Longchamp pour trois jours de concerts et d’intervention, en partenariat avec l’association Solidarité Sida. Cette année, ce sont plus de 80 artistes qui enflammeront les scènes Paris, Bagatelle, Domino, et le tout nouveau Dôme qui a fait son apparition l’année dernière. Un programme éclectique et haut en couleurs, dans lequel Pépédéa vous aide à y voir plus clair.

Capture d’écran 2017-06-23 à 16.04.26

VENDREDI

Nous ne pouvons que vous conseiller d’aller jeter un oeil au hip-hop funk groovy de Lucille and the Crew, goûter à la légèreté du rock français de Boulevard des airs, et voir ce que donne une inspiration modernisée de la chanson française des années 80 en donnant sa chance à The Pirouettes.

Bien sûr, tout ça sans louper les gros noms de cette journée, à savoir l’anthologique groupe de raggae Toots and the Maytals, le roi du hip-hop Mac Miller, et son homologue du trip-hop Wax Tailor. Si vous avez encore de l’énergie, n’hésitez pas à entamer votre nuit en allant vous trémousser sur DJ Pone. Bien entendu, si vous aimez la techno-rave, n’oubliez pas de foncer au concert de Prodigy.

SAMEDI

Ne manquez sous aucun prétexte Broken Back, dont l’électro-folk a largement le potentiel de vous faire décoller de l’hippodrome, ni Cage the Elephant, qui vous replongera à l’époque où le rock dominait les programmations des festivals de l’été.

Une fois ces deux obligations calées dans votre programme de la journée, vous êtes libres d’aller vous défouler sur le rock psyché de In the Can, d’aller prêter l’oreille aux textes pleins de vérité du rappeur Kery James, ou de vous laisser ensorceler par le jazz travaillé d’Ibrahim Maalouf et les harmonies vocales de LEJ.

Pour finir la soirée, vous pourrez gaspiller vos dernières ressources d’énergies dans le rock électronique des Bloody Beetroots, ou d’aller danser avec Birdy Nam Nam ou Joris Delacroix.

DIMANCHE

Cela va être difficile de ne rien louper du dimanche sans se dédoubler. Mais puisqu’il faut faire des choix, nous vous conseillons de partir sur le rock énergique de Mat Bastard, le rap bien lourd de Flatbush Zombies, ou encore l’électro-swing dynamique de Lyre Le Temps. ou encore l’électro posé aux brins de poésie de Petit Biscuit.

Tout ça sans louper la sulfureuse voix soul d’Imany, le gros rap de Vald, l’électro de Diplo, ou le collectif de musique du monde Lamomali de M,