Le Choigate, un scandale craignos en Corée du Sud

Scandale peu mentionné dans les médias, le « Choi-gate » est pourtant en passe de bouleverser le paysage politique de la Corée du Sud.  Courant septembre, la présidente du pays, Park Geun-Hye,  se voit reprocher d’avoir été influencée sur certaines questions politiques par son « amie », Choi Soon-sil.  A ce premier scandale s’ajoute le fait que cette femme d’affaires est aujourd’hui accusée d’avoir profité de son influence  pour extorquer de l’argent à de grands groupes sud-coréens. Le peuple est dans la rue pour réclamer la démission de la présidente, Choi Soon-sil  va être jugée et pepepedea.fr est dans les starting blocks pour vous éclairer la situation !

15095458_1528710287155776_428004463982012974_n

  • Heu… c’est qui cette madame Choi ?

Comme mentionné plus haut, Choi Soon-sil est  en quelques sortes la confidente de l’actuelle présidente de la Corée du Sud, Park Geun-Hye  (toi aussi, fais des progrès fulgurants en coréen grâce à pepedea.fr). Fille d’un certain Choi Tae-Min, gourou carrément chelou de  « l’Eglise de la vie éternelle », cette femme d’affaires aurait réussi à obtenir la confiance de Mme Park en lui faisant croire que ses pouvoirs chamanes lui permettaient de rentrer en contact avec sa défunte maman.  Vu l’aspect quelque peu WTF de la situation et de cette relation, la presse a vite surnommé Mme Choi Soon-sil la « Raspoutine » coréenne (c’est cadeau, vous avez à présent la chanson de Boney M dans la tête).

  • De quoi est-elle accusée précisément ?

La spécificité des liens unissant Choi Soon-sil et la présidente a été révélée  en septembre par le quotidien Hankyoreh. L’investigation des journalistes a notamment permis de déceler toute l’influence que semble avoir eu Mme Choi sur Park Geun-Hye depuis son élection en 2012 (rédaction de discours, conseils sur les affaires de l’Etat ou encore  accès à des documents confidentiels). Mais l’enquête a également révélé les manœuvres pas très très honnêtes de la pseudo-chamane.  Forte de son influence, elle aurait fait pression (avec l’aide de la présidente ?) sur plusieurs conglomérats sud-coréens afin qu’ils versent à des fondations plus ou moins fictives des millions d’euros. Selon les médias locaux, une partie de cet argent, notamment celui versé par Samsung, a pu servir à des fins personnels à Mme Choi et son entourage. La principale intéressée aurait ainsi récupéré 2,8 millions d’euros pour financer… LES FOUTUS COURS DE PONEY DE SA FILLE EN ALLEMAGNE.

Exilée chez nos amis germaniques, Choi Soon-sil est finalement rentrée en Corée du  Sud, où elle fait à présent l’objet d’une enquête pour fraude et abus de pouvoir.

  • Et la présidente Park Geun-Hye… c’est chaud pour elle ?

Oh que oui.  Bien qu’elle soit protégée de toute poursuite pénale du fait de son statut présidentiel (article 84 de la Consitution de la Corée du Sud), la présidente a tout à perdre à être trempée dans de telles affaires.  Même si elle a tenté d’apaiser la situation en présentant ses excuses et en limogeant une partie de son gouvernement, le peule n’a pas vraiment digéré cette relation très trouble avec sa conseillère Choi Soon-sil. Des manifestations gigantesques ont suivi les différentes révélations entourant cette affaire, notamment le 12 novembre où près d’un million de sud-coréens (selon les organisateurs)  sont descendus dans les rues de Séoul pour réclamer le départ de leur présidente, dont le mandat prendra fin (sauf démission) dans un an. Si cela peut la rassurer, être impopulaire n’a jamais empêché personne de finir son mandat, même en France.  OOOOOH

nico