VIEWS : review du nouvel album de Drake

La Note : 7/10

A priori, les chiffres ne mentent pas. Si c’est le cas pour Views, le nouvel album de Drake est très certainement l’un des meilleurs projets de ces dernières années. Mais la réalité s’avère être un peu plus complexe. Review de Views.

par Pierre Cloix

DRAKE

Annoncé en 2014 en tant que Views From The 6 (le « 6 » représentant Toronto, la ville natale de l’ancien acteur de Degrassi), le nouveau LP du canadien portait de nombreux espoirs en lui. Le momentum était trop parfait : Work, le morceau où il accompagne Rihanna, vient tout juste de quitter la place de numéro 1 au Billboard. Son single One Dance est en train d’exploser tous les records un peu partout dans le monde (allant même jusqu’à battre celui d’Adèle, sur ses propres terres). Et puis les morceaux de ces deux derniers projets (If You’re Reading This It’s Too Late et What A Time To Be Alive avec Future) résonnent encore dans les têtes/Ipods/clubs. Drake a la cote. En seulement une semaine, Views est sur le point de dépasser le million de ventes.

Jusque-là, difficile de faire mieux.  Alors pourquoi tant de « mouais » et de déception sur les internets ? Un album comme Views souffre d’un manque cruel de surprise. Le 4ème album de Drake est, justement, un album de Drake, ni plus ni moins. Pour beaucoup de rappeurs/chanteurs, cela ne poserait aucun problème, seulement Drake est « en haut », et les fans ont leurs attentes. Jusqu’alors, « Drizzy » avait trouvé la parade. On lui reproche de ne pas répondre à ceux qui le remettent en question ? Il annihile Meek Mill lors d’un clash par morceaux interposés, dans lequel Back To Back avait d’ailleurs relégué son rival de Philadelphie au rang de perdant geignard. On le trouve trop « soft » ? Il sort If You’re Reading This It’s Too Late, projet chargé de « bangers » comme Know Yourself ou Energy. On se moque de lui sur les réseaux sociaux ? Il  en joue et sort Hotline Bling et son clip tout en désarticulation (son plus gros succès jusqu’à aujourd’hui). Un parcours sans faute depuis 2009 : Views était censé être le point d’orgue d’une carrière ascensionnelle façon NASA et placer Drake parmi les grands du rap, et plus largement de la musique populaire. Si c’est certainement le cas d’un point de vue des chiffres, le rappeur s’est peut-être un peu emballé en déclarant « VIEWS Already a classic » sur le morceau Hype.

Un (très) beau bordel

Parmi les points forts de l’album, il est intéressant de voir à quel point Drake a épousé les influences tropicales de Toronto. « Le 6 » est en effet une ville multi-culturelle où sont parlés près de 140 dialectes d’un peu partout : les représentants caraïbéens sont nombreux. Au-delà du « slang », le rappeur a adopté les rythmes de l’archipel. Controlla, One Dance ou encore Too Good sont autant de morceaux qui ponctueront très certainement l’été. Dans ce dernier, on retrouve Rihanna et l’alchimie entre les deux artistes n’a jamais été aussi palpable.

L’album est rempli de bons morceaux, mais ceux-ci sont parfois perdus dans la masse. C’est peut-être la raison de la critique qui est faite à Views : le projet est difficile à appréhender. Drake avait pourtant prévenu dans une interview avec le journaliste de la BBC Zane Lowe : le but n’était pas de produire un album facile à digérer lors de la première écoute, pour le meilleur et pour le pire.

On appréciera aussi l’omniprésence de Noah « 40 » Shebib, producteur de toujours du rappeur, qui est présent sur 12 des 20 morceaux de l’album, que ce soit à la production ou à la co-production. Cela rend l’album cohérent, bien que complexe.  Il faudra aussi noter les quelques moments de fulgurance qu’offre le projet. Lorsque dans le morceau U With Me ?, le rappeur lance les lignes : « I got responsabilities to people that I need, and on my way to make this dough, a lot of niggas cut the check so they can take this flow», la prestance avec laquelle les rimes sont lancées répond du génie.

Pour conclure, Views est un excellent album, mais pas assez novateur. Des morceaux comme Grammys ou Pop Style ne semblent être présents que pour « durcir » un peu le contenu, mais sont à des années lumières de Started From The Bottom ou 0 to 100. Si Views impressionnera par son nombre de ventes, ce sera certainement moins le cas par son contenu. Et ce, même si la qualité d’exécution reste proche de la perfection.

Coups de cœur pour : U With Me ?, Still Here, Controlla, Child’s Play
Sélection de punchlines
  •  « The most successful rapper 35 and under, I’m assumin’ everybody’s 35 and under » Weston Road Flows. ( « Le rappeur de 35 ans et moins ayant le plus de succès, ça doit vouloir dire que tout le monde a 35 ans ou moins »). Jay-Z, Eminem, Kanye West et les autres apprécieront
  • « You hit me like ‘I know you’re there with someone else. That pussy knows me better than I know myself » Faithful. (« Tu m’appelles genre « je sais que tu es avec quelqu’un d’autre ». Cette ch*tte me connaît mieux que je ne me connais moi-même »). Drake, basique
  • « And I turn the six upside down, it’s a nine now » 9. (« J’ai retourné le 6 (Toronto), c’est un 9 maintenant »). Jeu de mot qui va bien .
  • « I gave your nickname to someone else » Redemption. (« J’ai donné ton surnom à quelqu’un d’autre »). Heartbreak Drake.