Un revenu de base pour tous les Finlandais ?

  • C’est quoi, le revenu de base ?

Le revenu de base, ou revenu universel, est une aide mensuelle de l’Etat pour chaque citoyen sans distinction. Il peut être décliné sous de multiples formes. La Finlande, elle, part sur l’idée d’un revenu de base de 800 euros par adulte.

  • En gros, on ne travaille pas et on touche 800 balles par mois ?

Pas mal hein ? Sur le papier, ça se tient, et pourtant, les effets d’une telle mesure sur la courbe du chômage devraient être positifs. Accepter un emploi temporaire, même en temps-partiel, est forcément moins chiant quand on touche un bonus mensuel de 800 euros. La Finlande souhaite surtout simplifier son système de prestations sociales, en remplaçant toutes les allocations existantes (logement, chômage, éducation, etc) par cette allocation universelle.

  • Je suppose que les Finlandais sont d’accord ?

Vous supposez bien (bravo !). En effet, 69% des Finlandais seraient favorables à la mesure, selon un sondage commandé par la caisse d’allocations sociales KELA. Il existe encore quelques réfractaires, et c’est tout à fait normal : personne n’est pour l’instant en mesure de dire précisément combien seraient perdants face à un tel système (par exemple ; des personnes à mobilité réduite recevant aujourd’hui plus de 800 euros d’aides). De plus, les conditions de la Finlande sur ce projet en font une mesure à la fois égalitaire et injuste. En effet, chaque adulte devrait toucher le même montant, quelle que soit sa condition sociale, mais aussi familiale. Un foyer de 2 adultes recevrait ainsi 1 600 euros pour 2, alors que seuls 800 euros seraient attribués à un foyer d’un père célibataire de 4 enfants. A noter que 800 euros est une somme à relativiser en Finlande, où les dépenses moyennes d’un ménage sont de 3 000 euros.

  • Quand est-ce qu’on peut déménager en Finlande ?

Rien n’est encore fait Pour l’instant, le gouvernement de centre droit, qui a mis la mesure dans son programme, a nommé un think tank pour réfléchir aux modalités des tests. Leurs présentations sont attendues en mars 2016, et les premières expérimentations devraient arriver d’ici 2017. Seule une partie de la population sera concernée, et on ne sait pas encore précisément comment (mais on a déjà quelques idées). Une telle mesure coûterait en effet dans les 45/50 milliards à l’Etat (selon les conditions finales de son application), donc le gouvernement y va avec des pincettes !

  • Ah mince, du coup tout ça pour dire que cela n’est qu’utopie ?

Non, trop pas. Le revenu de base séduit de plus en plus de pays européens ! En Finlande, on en parle beaucoup parce que le sujet est au cœur du débat social depuis plusieurs années. Mais le concept est ultra-trendy est germe un peu partout. Aux Pays-Bas par exemple, une vingtaine de villes vont tester la chose dès janvier 2016 (dans la ville d’Utrecht, on est sur du 900 euros par mois pour les minima sociaux, 1 300 pour un couple avec enfant). En Suisse, la population va devoir se prononcer sur une proposition à 2500 francs suisses par mois et par adulte (2 300 euros), 625 francs suisses (580 euros) par enfant. Pas mal, mais pas gagné puisque les deux Chambres fédérales ont recommandé le rejet de l’initiative. D’autres pays, comme l’Espagne et l’Islande, commencent également à étudier le revenu de base.

  • Et en France, c’est pour quand ?

Oulah, grande question. Un projet test devrait voir le jour en région Aquitaine-Limousin Poitou-Charentes, puisque c’est un point qu’Europe Ecologie les Verts est parvenu à glisser dans les négociations visant à s’allier au PS au second tour des régionales. Martine Alcorta, conseillère régionale EELV à l’initiative de la motion, a indiqué que la réflexion sur le projet débuterait fin janvier 2016.

+ Aux Pays-Bas
+
En Suisse